Remerciements : Enora Lalet et ses « cooking tears » en Live

Publié le 16 Mars 2010

DSCN6062.JPG

 

 

Cette journée  commence par un de ces petits moments volé au temps, que sont ces délices de notre quotidien, un café en terrasse, partagé, entêté. Juste pour monder les dernières idées fondamentales de l’existence, pourquoi pas se Facebooker ? Enora attend, au 28 de la rue Bouquière à l’heure fixée. Nous installons les dernières nappes et ustensiles de cuisine. Elle noue son tablier, là peut commencer tel un chef, sa partition cuisinée. Souslatente est transformé en studio de photographie par Enora. Son univers tapissé de nourriture et de tissus colorés nous invite. C’est bien de cela dont il s’agit aujourd’hui, une invitation à voir pour l’observer dans sa confection de ses cooking tears. Je suis son premier model, elle est confiante, elle entame sa première recette de la journée, sous les projecteurs. Son amie Gaëlle vidéaste l’interroge sur ce qu’elle souhaite cadrer. Je l’interroge sur mes poses pour lui faciliter la tâche à me fariner la face couleur chocolat noir.Vient ce temps où elle appareille, aromatise dans une petite casserole sa préparation, comment va-t-elle napper sur mon visage des larmes de chocolat blanc ?assez liquide pour couler, assez froid pour ne pas me bruler, assez tiède pour se figer. Enora en spécialiste culinaire connait les aliments qu’elle exploite, déterminée, elle contourne son model et devient photographe. Ses prises de vues sont précises, le hasard se fraye difficilement un chemin. Elle est concentrée, comme le lait au chocolat qui est offert sur la table de l’autre côté de la vitre.Ca dégouline, ça dégoutte, ça déroute, ça fait rire, ça fait pleurer, ça impressionne. En cooking faceuse, elle revendique son travail à ceux qui sont venus, aux rendez vous, ils sont restés savourer de la mise en scène à la prise de vues. Ils viendront pour son exposition du 10 au 20Juin 2010 à l’Espace29. Mes remerciements vont à Enora pour son implication totale dans cette journée cooking faces en Live, aux visiteurs de La Maison des Femmes, de  l’université, proches, souslatentistes, ils sont restés observer, déguster, savourer et partager, à Christophe Massé, fondateur de souslatente, pour sa bienveillance et son entêtement total à la poésie du lieu, initiateur de la Sockstour, à Carine Tarin et Malvina Lawrie pour leur accueil et leur sourire.Vers 21h, dans l’arrière cuisine, nous partageons face à face nos impressions de la journée avec des visiteurs venus de loin, nous parlons d’idées fondamentales de l’existence, pourquoi pas se Facecooker ?Elle participe au présent,nous participons à présent.


Marlaine Bournel( lundi 16 mars 2010)

Rédigé par chose7

Publié dans #sockstour

Repost 0